Productions cultu(r)elles de l’Atlantique Sud

L’espace atlantique Sud a été le théâtre de nombreux bouleversements depuis la fin du XV° siècle, modifiant tout à la fois la géographie, l’économie et les structures sociales des territoires le bordant. En quoi cet espace a-t-il produit une culture spécifique, reconnaissable tant sur l’Ancienne Côte des Esclaves qu’aux Caraïbes et en Amérique du Sud ?

Ce projet se veut une approche interdisciplinaire et critique des processus patrimoniaux contemporains à l’œuvre dans l’espace atlantique sud. Il s’agit de considérer cet espace, non seulement comme un espace d’échanges et de transactions, mais aussi comme un espace de constructions et de reconfigurations sociales, des deux côtés de l’atlantique. Appréhendant le patrimoine comme un enjeu des politiques publiques qui participent à la construction des imaginaires nationaux, l’équipe s’attachera à identifier les matériaux anthropologiques et archéologiques permettant d’y répondre, en privilégiant, ce qui fait sens pour les populations locales. En effet, trop souvent les politiques patrimoniales des pays du Sud, directement inspirées des narrations coloniales/ du modèle colonial, privilégient le bâti, dans sa version monumentale, même si, depuis le début des années 1990, la notion de patrimoine immatériel a émergé, donnant lieu à sa reconnaissance par l’Unesco, en 2001. Mais là encore, c’est bien souvent la dimension touristique des savoir-faire et de certaines traditions historiques qui est mise en exergue, ce qui a pour effet, une prolifération des objets patrimoniaux et une concurrence acharnée et parfois violente, entre groupes sociaux locaux (voir par exemple, les luttes fratricides à Ouidah autour de la chefferie de DaagboHunon, depuis que le Festival Ouidah 92  a inauguré le culte de la mémoire de l’esclavage pour une diaspora transatlantique en quête de racines). En privilégiant une approche au plus près des conceptions locales du patrimoine, la recherche s’attachera à articuler une analyse anthropologique du contemporain à l’histoire de la longue durée, grâce aux outils de l’archéologie et de l’histoire de l’art.


Une réflexion au sujet de « Productions cultu(r)elles de l’Atlantique Sud »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *