Annonce de colloque :

Miroirs de l’autre rive.

Circulations et regards croisés  Amérique latine et Caraïbes / Afrique

Colloque international CREDA-IMAF

 

  • Date/Lieu : jeudi 9 et vendredi 10 décembre 2021 (auditorium 250 et foyer du Centre des Colloques, Campus Condorcet)
  • Organisateurs·trices : Capucine Boidin (IHEAL-CREDA), Lívio Sansone (UFBA, prof invité à l’IHEAL), Kadya Tall (IMAF-IRD) et Mélanie Toulhoat (EPHE-IMAF-CREDA)
  • Argumentaire : 

Ces journées invitent américanistes et africanistes à regarder les circulations entre et depuis l’Amérique latine et l’Afrique, au-delà des espaces impériaux et post-impériaux. Si les solidarités et les discriminations raciales traversent les deux continents, nous plaidons ici pour une perspective cosmopolite, qui rende compte de la manière dont les humains participent tou(te)s à un monde commun (Hannah Arendt). Quels sont les échanges entre les populations de ces deux continents, qui traversent et outrepassent la question raciale ? Lesquels opèrent de manière imprévue et complexe, que ce soit du côté des pratiques politiques, militantes, culturelles, religieuses, linguistiques ou intimes ? Comment Africains, Latino-Américains et Caribéens créent une représentation des un(e)s et des autres, partagent-ils et circulent-ils entre les deux rives ? S’il est impossible d’écarter la force et l’impact des colonialismes et des diasporas au sein d’autres aires culturelles (Etats-Unis et Europe), les discussions seront centrées sur les acteurs, pratiques, échanges et constructions dans l’Atlantique Sud, issus des continents Africain et Latino-américain-caribéens.

Une série importante de liens entre ces deux rives de l’Atlantique se créent à l’époque des découvertes, de la traite transatlantique, de l’expansion coloniale dans la seconde moitié du XIXe siècle en Afrique. Chacun de ces moments prédétermine le moment suivant tout en créant de nouvelles opportunités. Cela vaut également pour la décolonisation en Afrique, à partir de laquelle les flux s’intensifient, s’accélèrent et se démocratisent. Cette dernière période commence avec l’enthousiasme de l’indépendance qui a suivi la crise socio-économique de la plupart des jeunes nations africaines pour atteindre le moment actuel d’optimisme relatif et même de renaissance africaine, qui fait pourtant face à la pandémie Covid. Notre événement débutera par une synthèse critique de l’histoire et de la contemporanéité de ces flux et une analyse des notions les plus importantes pour le comprendre : système Atlantique Sud, Troisième Monde, Diaspora, Atlantique Noir, perspective Sud-Sud.

Malgré la démocratisation des flux, la géopolitique des savoirs a favorisé la communication internationale au sein des grandes œcuménies linguistiques coloniales (anglais et français). Cependant, de grandes avancées dans la conceptualisation de l’Atlantique comme espace d’interaction, plus que comme grande barrière, rendues possibles par le succès de notions comme la diaspora ou le système atlantique, et a fortiori le Black Atlantic (Gilroy, 1993), ont été accompagnées d’importantes recherches sur le transit des marchandises, des artefacts, des personnes et des idées dans l’Atlantique Sud (Agudelo, Boidin et Sansone, 2009 ; Alencastro, 2000 ; Parés et Sansi-Roca, 2011 ; Tall, 2012 ; Vale de Almeida, 2004). Ces mouvements s’inscrivent dans la recherche comparative internationale, désormais centrée sur l’axe Sud-Sud et un agenda conjoint, plus attentif aux trajectoires et biographies cosmopolites des acteurs de ces processus. De toute évidence, la popularité de la perspective Sud-Sud, favorisée par la forte croissance des études africaines en Amérique latine depuis les années 2000 et par un intérêt croissant pour les modernités latino-américaines parmi les intellectuels du continent africain, a créé un environnement plus favorable aux réflexions sur l’enchevêtrement entre les histoires africaines et latino-américaines.

Cela dit, les conditions actuelles de production de la recherche induisent un nationalisme voire un continentalisme méthodologique qui reste trop souvent impensé. C’est pourquoi nous souhaitons interroger les chronologies et les cartographies mentales implicites qui sous-tendent nos manières de délimiter nos objets de recherche, et de les interroger. Nous souhaitons mettre à l’épreuve collective un état des lieux provisoire des circulations d’idées, de pratiques, d’objets et d’acteurs entre l’Afrique et l’Amérique latine. U. Beck (2014) propose de remplacer dans les sciences sociales ce paradigme du nationalisme méthodologique par celui du cosmopolitisme méthodologique, à ne pas confondre avec une perspective universaliste, relativiste, multiculturelle ou post-moderne. D’après lui, “la cosmopolitisation de la réalité” n’est le résultat ni d’une conspiration des “capitalistes mondiaux” ni d’une quelconque “pulsion occidentale pour la domination du monde”. La cosmopolitisation n’est jamais prévue, elle est la conséquence sociale d’actions qui visaient d’autres résultats, dans le cadre d’un réseau mondial d’interdépendances risquées. Ces effets secondaires cosmopolites, souvent subis et accidentels, déjouent l’équivalence entre l’État et la société nationale et créent de nouvelles formes de vie et de communication transnationales, de nouvelles obligations et responsabilités, de nouvelles manières de se voir et de percevoir les autres pour les groupes et les individus (Beck, 2014 : 104-105). 

Aujourd’hui, le nationalisme et le continentalisme méthodologique avec leurs biais cognitifs ne permettent plus de comprendre les paramètres et les conséquences sociales d’actions qui dépassent tout simplement le cadre d’un État-nation, ou d’un continent. On s’affranchira ainsi des règles d’unité de temps et de lieu au profit d’un ordonnancement en concepts et thématiques, en les faisant résonner à travers des exemples concrets, parfois sur le mode mineur.

Circulations et Productions Cultu(r)elles dans l’Atlantiques Sud

Les coordinateurs du projet Atlantique Sud, Kadya TALL et Romuald TCHIBOZO ont le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage qu’ils ont dirigé, Circulations et Productions Cultu(r)elles dans l’Atlantiques Sud. Ce recueil est issu d’une sélection de présentations faites en octobre 2017 lors du colloque organisé à l’Université d’Abomey Calavi par des enseignants-chercheurs et doctorants du département d’histoire et d’archéologie et des membres de l’Institut des mondes africains de Paris, site EHESS. Bonne lecture !

Kadya Tall et Romuald Tchibozo, dir., Éditions des Diasporas, 2020.

Kpesoso 2019 Gliji Kpoji

Présentation de la pierre sacrée - Kpesoso 2019

La présentation de la pierre sacrée du peuple Gen s’est déroulée jeudi 29 août, devant une foule venue nombreuse, principalement du Togo et du Bénin, mais également du Ghana et du Nigeria. Au-delà du peuple Gen proprement dit, étaient présents les adeptes des différents avatars de Mami Wata, mais aussi des Mami Tchamba, esprits des esclaves originaires du Nord du pays. Ces derniers ont animé la journée avec leurs danses au rythme de tambourins Ado’ndo (appellation du talking drum en Gen).

Continuer la lecture

Colloque 2017

Image

 

Du Danxomè au Bénin à l’aune de la traite négrière

Circulations et productions cultu(r)elles dans l’Atlantique Sud

PROGRAMME

JEUDI 19 OCTOBRE 2017

8 :30- 9 :00                               Ouverture officielle

9 :00-9 :30 : Introduction : Kadya Tall & Romuald Tchibozo

9 :30-11 :15 : De l’esclavage hier et aujourd’hui, session I

Modérateur : Pierre Medehouegnon

Achille G. Zohoun, doctorant en histoire de l’art à l’Université d’Abomey Calavi. Espace public et monuments à la mémoire des esclaves : la porte du non retour dans la reconfiguration des enjeux patrimoniaux, touristiques, culturels et sociaux de l’Atlantique Sud.

Guy Patient Salako, doctorant en histoire au département d’histoire et d’archéologie, UAC: Toponymie et terres de marronnage au Bénin méridional.

Carla Bertin, doctorante en anthropologie à l’EHESS-IMAF- LabEX TEPSIS : Au-delà de l’esclavage : « (r)achat » et « adoption » et leurs enjeux dans la socio-histoire des villageois du Bénin méridional.

David Gnonhouévi, doctorant en histoire de l’art, Université d’Abomey-Calavi, Bénin : Le vodun dans un processus de patrimonialisation au Bénin : le cas de l’Institut Vodun Miétonou à Tindji.

Eustache-Kossi Amoussou, doctorant en anthropologie à l’EHESS-IMAF : La mémoire esclavagiste dans la mise en patrimoine à Porto-Novo et à Cape Coast : représentations collectives, acteurs et reconfigurations.

11 :15-11 :45 : Pause-café

11 :45-13 :00 : De l’esclavage hier et aujourd’hui, session II

Modérateur : Didier N’Dah

Moufoutaou Adjeran, Sociolinguiste, Département de linguistique, Université d’Abomey-Calavi : L’onomastique dans la ville de Ouidah, témoin de la traite négrière du Danhomɛ au Bénin.

Kadya Tall, anthropologue IRD-IMAF, Paris : La procession vodun à la plage de Ouidah, une production de l’Atlantique sud ?

Arcade Assogba, réalisateur-producteur, socio-juriste : L’organisation socio-territoriale de la ville d’Agoué : une mémoire vive de la traite atlantique.

13 :00-14 :00 : Pause déjeuner

14 :00-15 :30 : Les productions cultuelles et culturelles issues de l’esclavage

Modérateur : Rogatien Tossou

Zéphirin Daavo, muséologue, Directeur du Programme du Tourisme architectural et archéologique de l’Agence Nationale pour la Promotion des Patrimoines et de développement du tourisme au Bénin: La chaine sacrée et la mémoire de l’esclave.

Siméon Kouakou Kouassi, archéologue à l’Institut des Sciences Anthropologiques de Développement (ISAD), Université Felix Houphouët Boigny : Pipes en terre blanche d’origine européenne des XVIIe-XVIIIe siècles de Dohouan 1 (Sud-est Côte d’Ivoire) : marqueurs du commerce négrier et/ou simples objets de prestige ?

Scott Joseph Allen, archéologue à l’Université Fédérale du Pernambouc : L’interprétation archéologique des pipes en argile et ses implications pour l’identité afro-brésilienne.

Didier N’Dah, archéologue, Chef du Département d’Histoire et d’Archéologie, Université d’Abomey-Calavi.: Questionnements autour de la disparition de la métallurgie du fer dans le Bénin méridional pendant la Traite atlantique.

15 :30-16 :00 : Pause-café

16 :00-17 :30 : Histoire et Sociologie de l’esclavage

Modérateur : Didier Houénoude

Arthur Vido, Historien, Département d’Histoire et d’Archéologie, Université d’Abomey-Calavi : L’esclavage au Danxomè, regard sur la situation de la femme.

Rachida de Souza-Ayari, socio-anthropologue, muséologue, ancienne directrice du patrimoine culturel au Bénin: Les Afro-brésiliens Aguda et la question de l’esclavage.

Monique Ouassa Kouaro, Socio-anthropologue, Département de Sociologie, Université d’Abomey-Calavi : Maîtres esclavagistes et esclaves retournés, sociologie de l’esclavage dans le Bénin contemporain.

VENDREDI 20 OCTOBRE 2017

9 :00 -11 :00 : Mémoire de l’esclavage et Appropriations artistiques

Modératrice : Monique Ouassa Kouaro

Didier Houénoude, Historien de l’art, Département d’Histoire et d’Archéologie, Université d’Abomey-Calavi & Directeur du Patrimoine Culturel : La patrimonialisation de la route de l’esclave de Ouidah, nouvelles perspectives.

Patrick Effiboley, Muséologue, Département d’Histoire et d’Archéologie, Université d’Abomey-Calavi : Formes et rencontre : les nouveautés plastiques dans la création africaine à l’orée de la modernité occidentale et au-delà (16e au 21e siècle).

Romuald Tchibozo, Historien de l’art, Directeur Adjoint de l’Institut National des Métiers d’Art, d’archéologie et de la Culture (INMAAC), Université d’Abomey Calavi, Bénin: Le palmier à huile, de son introduction à l’art contemporain.

Camille Amouro, auteur dramaturge, Fondateur de la Médiathèque des Diasporas,Bénin. Littérature orale et esclavage au Bénin.

11 :00-11 :30 : Pause-café

11 :30-12 :30 : Plénière et fin du colloque

Modérateurs : Romuald Tchibozo & Kadya Tall

12 :30-14 :00 : Pause déjeuner

14 :00-17 :30 : Réunion du groupe de recherche Atlantique Sud

SAMEDI 21 OCTOBRE 2017

10.00 – 16.00 Visite de Ouidah, ancien comptoir de la Traite avec déjeuner sur place.

Jules Koukpode, Administrateur culturel, Médiathèque des Diasporas, Bénin. Esclavage et Patrimoine artistique.

 

 

 

 

Productions cultu(r)elles de l’Atlantique Sud

L’espace atlantique Sud a été le théâtre de nombreux bouleversements depuis la fin du XV° siècle, modifiant tout à la fois la géographie, l’économie et les structures sociales des territoires le bordant. En quoi cet espace a-t-il produit une culture spécifique, reconnaissable tant sur l’Ancienne Côte des Esclaves qu’aux Caraïbes et en Amérique du Sud ?

Ce projet se veut une approche interdisciplinaire et critique des processus patrimoniaux contemporains à l’œuvre dans l’espace atlantique sud. Il s’agit de considérer cet espace, non seulement comme un espace d’échanges et de transactions, mais aussi comme un espace de constructions et de reconfigurations sociales, des deux côtés de l’atlantique. Appréhendant le patrimoine comme un enjeu des politiques publiques qui participent à la construction des imaginaires nationaux, l’équipe s’attachera à identifier les matériaux anthropologiques et archéologiques permettant d’y répondre, en privilégiant, ce qui fait sens pour les populations locales. En effet, trop souvent les politiques patrimoniales des pays du Sud, directement inspirées des narrations coloniales/ du modèle colonial, privilégient le bâti, dans sa version monumentale, même si, depuis le début des années 1990, la notion de patrimoine immatériel a émergé, donnant lieu à sa reconnaissance par l’Unesco, en 2001. Mais là encore, c’est bien souvent la dimension touristique des savoir-faire et de certaines traditions historiques qui est mise en exergue, ce qui a pour effet, une prolifération des objets patrimoniaux et une concurrence acharnée et parfois violente, entre groupes sociaux locaux (voir par exemple, les luttes fratricides à Ouidah autour de la chefferie de DaagboHunon, depuis que le Festival Ouidah 92  a inauguré le culte de la mémoire de l’esclavage pour une diaspora transatlantique en quête de racines). En privilégiant une approche au plus près des conceptions locales du patrimoine, la recherche s’attachera à articuler une analyse anthropologique du contemporain à l’histoire de la longue durée, grâce aux outils de l’archéologie et de l’histoire de l’art.