Annonce de colloque :

Miroirs de l’autre rive.

Circulations et regards croisés  Amérique latine et Caraïbes / Afrique

Colloque international CREDA-IMAF

 

  • Date/Lieu : jeudi 9 et vendredi 10 décembre 2021 (auditorium 250 et foyer du Centre des Colloques, Campus Condorcet)
  • Organisateurs·trices : Capucine Boidin (IHEAL-CREDA), Lívio Sansone (UFBA, prof invité à l’IHEAL), Kadya Tall (IMAF-IRD) et Mélanie Toulhoat (EPHE-IMAF-CREDA)
  • Argumentaire : 

Ces journées invitent américanistes et africanistes à regarder les circulations entre et depuis l’Amérique latine et l’Afrique, au-delà des espaces impériaux et post-impériaux. Si les solidarités et les discriminations raciales traversent les deux continents, nous plaidons ici pour une perspective cosmopolite, qui rende compte de la manière dont les humains participent tou(te)s à un monde commun (Hannah Arendt). Quels sont les échanges entre les populations de ces deux continents, qui traversent et outrepassent la question raciale ? Lesquels opèrent de manière imprévue et complexe, que ce soit du côté des pratiques politiques, militantes, culturelles, religieuses, linguistiques ou intimes ? Comment Africains, Latino-Américains et Caribéens créent une représentation des un(e)s et des autres, partagent-ils et circulent-ils entre les deux rives ? S’il est impossible d’écarter la force et l’impact des colonialismes et des diasporas au sein d’autres aires culturelles (Etats-Unis et Europe), les discussions seront centrées sur les acteurs, pratiques, échanges et constructions dans l’Atlantique Sud, issus des continents Africain et Latino-américain-caribéens.

Une série importante de liens entre ces deux rives de l’Atlantique se créent à l’époque des découvertes, de la traite transatlantique, de l’expansion coloniale dans la seconde moitié du XIXe siècle en Afrique. Chacun de ces moments prédétermine le moment suivant tout en créant de nouvelles opportunités. Cela vaut également pour la décolonisation en Afrique, à partir de laquelle les flux s’intensifient, s’accélèrent et se démocratisent. Cette dernière période commence avec l’enthousiasme de l’indépendance qui a suivi la crise socio-économique de la plupart des jeunes nations africaines pour atteindre le moment actuel d’optimisme relatif et même de renaissance africaine, qui fait pourtant face à la pandémie Covid. Notre événement débutera par une synthèse critique de l’histoire et de la contemporanéité de ces flux et une analyse des notions les plus importantes pour le comprendre : système Atlantique Sud, Troisième Monde, Diaspora, Atlantique Noir, perspective Sud-Sud.

Malgré la démocratisation des flux, la géopolitique des savoirs a favorisé la communication internationale au sein des grandes œcuménies linguistiques coloniales (anglais et français). Cependant, de grandes avancées dans la conceptualisation de l’Atlantique comme espace d’interaction, plus que comme grande barrière, rendues possibles par le succès de notions comme la diaspora ou le système atlantique, et a fortiori le Black Atlantic (Gilroy, 1993), ont été accompagnées d’importantes recherches sur le transit des marchandises, des artefacts, des personnes et des idées dans l’Atlantique Sud (Agudelo, Boidin et Sansone, 2009 ; Alencastro, 2000 ; Parés et Sansi-Roca, 2011 ; Tall, 2012 ; Vale de Almeida, 2004). Ces mouvements s’inscrivent dans la recherche comparative internationale, désormais centrée sur l’axe Sud-Sud et un agenda conjoint, plus attentif aux trajectoires et biographies cosmopolites des acteurs de ces processus. De toute évidence, la popularité de la perspective Sud-Sud, favorisée par la forte croissance des études africaines en Amérique latine depuis les années 2000 et par un intérêt croissant pour les modernités latino-américaines parmi les intellectuels du continent africain, a créé un environnement plus favorable aux réflexions sur l’enchevêtrement entre les histoires africaines et latino-américaines.

Cela dit, les conditions actuelles de production de la recherche induisent un nationalisme voire un continentalisme méthodologique qui reste trop souvent impensé. C’est pourquoi nous souhaitons interroger les chronologies et les cartographies mentales implicites qui sous-tendent nos manières de délimiter nos objets de recherche, et de les interroger. Nous souhaitons mettre à l’épreuve collective un état des lieux provisoire des circulations d’idées, de pratiques, d’objets et d’acteurs entre l’Afrique et l’Amérique latine. U. Beck (2014) propose de remplacer dans les sciences sociales ce paradigme du nationalisme méthodologique par celui du cosmopolitisme méthodologique, à ne pas confondre avec une perspective universaliste, relativiste, multiculturelle ou post-moderne. D’après lui, “la cosmopolitisation de la réalité” n’est le résultat ni d’une conspiration des “capitalistes mondiaux” ni d’une quelconque “pulsion occidentale pour la domination du monde”. La cosmopolitisation n’est jamais prévue, elle est la conséquence sociale d’actions qui visaient d’autres résultats, dans le cadre d’un réseau mondial d’interdépendances risquées. Ces effets secondaires cosmopolites, souvent subis et accidentels, déjouent l’équivalence entre l’État et la société nationale et créent de nouvelles formes de vie et de communication transnationales, de nouvelles obligations et responsabilités, de nouvelles manières de se voir et de percevoir les autres pour les groupes et les individus (Beck, 2014 : 104-105). 

Aujourd’hui, le nationalisme et le continentalisme méthodologique avec leurs biais cognitifs ne permettent plus de comprendre les paramètres et les conséquences sociales d’actions qui dépassent tout simplement le cadre d’un État-nation, ou d’un continent. On s’affranchira ainsi des règles d’unité de temps et de lieu au profit d’un ordonnancement en concepts et thématiques, en les faisant résonner à travers des exemples concrets, parfois sur le mode mineur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cbertin (21 avril 2021). Annonce de colloque : Productions cultu(r)elles de l'Atlantique Sud. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3ni


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.